Accueil arrow Le tourisme arrow Recherche touristique

Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages — Le marché touristique canadien

Les amateurs d'échanges historiques chez les touristes effectuant un voyage de plus de 24 heures

Version en format pdf (anglais)

Rapport de recherche — Le 25 novembre 2007
Sommaire

Au cours des deux dernières années, 5,0 % (1 232 788) des Canadiens d'âge adulte qui ont fait un voyage de plus de 24 heures, voire de plusieurs nuitées, ont participé à des échanges historiques. L'activité la plus populaire, soit participer à un programme d'activités d'interprétation sur un lieu historique ou dans un parc (3,6 %), était suivie par une visite accompagnée par un conservateur (1,0 %), la participation à des fouilles archéologiques (0,7 %) et la participation à une reconstitution historique (0,3 %). Participer à un échange historique à l'occasion d'un voyage était la dix-huitième activité culturelle et de divertissement la plus fréquente parmi les Canadiens en voyage d'agrément au cours des deux dernières années. Parmi les touristes qui ont participé à des échanges historiques, 20,2 % (248 418) ont indiqué que cette activité était la principale raison les ayant incités à faire au moins un voyage.


Par rapport au Canadien moyen en voyage d'agrément, les touristes qui ont participé à des échanges historiques sont plus susceptibles d'être des femmes (55,0 %) et sont surreprésentés parmi les 35 à 44 ans. Ils se classent au quatrième rang des adeptes des 21 types d'activités culturelles et de divertissement répertoriés quant à la probabilité de détenir un diplôme universitaire (42,3 %) et leur revenu de ménage moyen est le sixième revenu le plus élevé (80 197 $). Ils sont légèrement surreprésentés en Saskatchewan, en Colombie-Britannique, en Alberta et au Québec.


Les amateurs d'échanges historiques voyagent fréquemment au Canada. Parmi les 21 types d'activités répertoriés, ils viennent en première place parmi les touristes les plus susceptibles de faire un voyage dans leur propre province ou région (94,1 %), en troisième place parmi les touristes les plus susceptibles de faire un voyage dans une province ou une région adjacente (61,0 %) et en deuxième place parmi les touristes susceptibles de faire un voyage dans une province ou une région non adjacente (44,9 %) au cours des deux dernières années. Toutefois, ils voyagent moins fréquemment que la moyenne à l'étranger. Ils se classent au dix-huitième rang parmi les touristes les plus susceptibles de visiter les États-Unis (58,9 %), au huitième rang parmi les touristes les plus susceptibles de visiter le Mexique (16,5 %) et au dix-septième rang parmi les touristes les plus susceptibles de visiter les Caraïbes (16,1 %).


Ces touristes s'adonnent très activement aux activités culturelles et de divertissement et aux activités de plein air pendant un voyage. Ils sont deux fois plus susceptibles que le Canadien moyen en voyage d'agrément de participer à d'autres activités de terrain à caractère éducatif (p. ex., activités en milieu autochtone, agrotourisme) et assistent fréquemment à des spectacles en direct (p. ex., spectacles d'art, théâtre). Ils s'adonnent aussi très activement aux activités axées sur la nature (p. ex., observation de la faune, randonnée pédestre, escalade et pagayage) et aux activités axées sur le conditionnement physique. Ils préfèrent les voyages qui offrent nouveauté et possibilités de s'instruire.


Les touristes qui participent à des échanges historiques sont parmi ceux qui recourent le plus fréquemment à Internet pour planifier leurs voyages (74,0 %) et pour faire des réservations (51,3 %). Ce sont d'avides consommateurs des médias touristiques et on peut les cibler efficacement dans les magazines axés sur la nature, dans les émissions de télévision et les magazines consacrés aux sciences naturelles et dans les médias d'information et d'actualités.